Villagrande Strisaili

Perdu dans les contreforts montagneux de Gennargentu, le village de Villagrande Strisaili, en plein cœur d’Ogliastra, est une destination de trek et d’aventure. Le point

Envie de profiter d’un trek en montagne sans renoncer aux joies du sable et de la mer ? Les destinations d’agritourisme en Sardaigne conjuguent les deux à merveille. Prenez la route de Villagrande Strisaili, un bourg rural de Nuoro, à moins de 20 km à l’ouest de Tortoli. Égarez-vous à loisir dans les forêts de chênes et de génévriers, ou près des cours d’eau bordés de saules pleureurs. Parcourez les ruines nuragiques de Troculu et de Sa Carcaredda. Partagez le monde idyllique des bergers ; vous verrez des porcs et des chèvres errant librement dans la nature. Dégustez les produits agroalimentaires du terroir, dont le délicieux jambon, la fortune et la fierté des habitants. La situation géographique de Villagrande plaide beaucoup en sa faveur : accessible à 20 minutes de voiture de la mer, la ville offre une vue sublime sur le port d’Arbatax. À recommander sans réserve !

Notes historiques : une communauté d’agropasteurs depuis sa naissance

Après avoir été occupé par un peuplement primitif appartenant à la civilisation nuragique, comme le confirment les domus de Janas et les nuraghes dispersés sur les hauts plateaux, le village est devenu une dépendance romaine.

Si la plupart d’entre nous connaissent Villagrande Strisaili comme un pays de vignes, d’oliviers et de gras pâturages, il est intéressant de souligner que cette tradition agricole remonte à la nuit des temps. Le nom de Villagrande Strisaili est composé de deux mots : « Bidda Manna » qui se traduit par « grand village » en dialecte sarde, et « Tres Ailes » ou « trois bergeries ». Cette dénomination est révélatrice de l’histoire du peuplement : un groupe d’éleveurs transhumants a émigré de Desulo et de Talana pour s’établir sur le territoire.

De la présence aragonaise, aucune trace n’est restée si on exclut une poignée d’églises médiévales. De son glorieux passé religieux - Villagrande était soumise à un régime ecclésiastique -, le village a gardé les fêtes patronales saisonnières, comme le festival de Saint-Gabriel, célébré en l’honneur du protecteur de la cité. Mais il paraît que l’attachement à la Terre mère soit une constante ; la vie modeste du berger, le dévouement à prendre soin des chèvres et des brebis, la douceur des prairies montagneuses…  Les habitants n’ont jamais eu le courage de s’en arracher.

Aujourd’hui

À l’écart du tourisme de masse, Villagrande Strisaili est un village de tout repos composé d’à peine 3 000 habitants. Relief vallonné, rivières et petits ruisseaux, bande de falaises de 700 mètres de hauteur, parsemée de nuraghes et de menhirs… ce cadre ne trompe pas : nous voici dans la terre sauvage et sensuelle d’Ogliastra. Les communes voisines sont Tortoli, Desulo, Fonni et Orgosono.

L’économie locale s’est notablement diversifiée : les unités de crémerie et de laiterie se multiplient, le commerce du bois est actif, et beaucoup de fermes adoptent des systèmes maraîchers conformes au label bio. Toujours est-il que l’agropastoralisme est une tradition tenace à Villagrande. Un signe de sous-développement, prétendent quelques-uns ; mais fiers de leurs racines, les insulaires ont exploité ce handicap pour percer dans le secteur de l’agritourisme.

La proximité de la côte plaide en faveur de Villagrande Strisaili, dans la mesure où les vacanciers pourront alterner sans problème les joies de la plage à la randonnée dans les bois. À envisager sérieusement si vous projetez de faire un voyage d’immersion culturelle en Sardaigne. En plus, vous viendrez en aide à un village à bas revenu, qui souffre manifestement du phénomène d’exode rural.

À voir et à faire sur place

Les naturalistes, les promeneurs et les fins gourmets n’auront pas le temps de s’ennuyer en visitant le village de Villagrande.

Patrimoine naturel

  • La chute d’eau de Sothai: l’autorité forestière de la Sardaigne a balisé le sentier qui mène à la chute. Le cadre naturel enchanteur vaut à lui seul le déplacement. Tombant de 70 mètres de haut, la cascade de Sothai rejoint le canyon du Bau Vigo dans un bruit tumultueux. En se promenant dans les bois de Santa Barbara, le randonneur arrivera à la deuxième étape de la chute, où les eaux du Flumendosa viennent alimenter un barrage hydroélectrique.
  • La forêt de Santa Barbara : vaste de 646 ha, le parc de Santa Barbara est, pour sa chapelle, ses hautes falaises et ses clairières ombragées de chênes et de sapins, un rendez-vous prisé des promeneurs. S’y cache également un site funéraire mégalithique.

Patrimoine culturel et religieux

- L’église Saint-Gabriel : l’archange Gabriel, en l’honneur duquel la paroisse est dédiée, est le saint patron de Villagrande Strisaili. La Saint-Gabriel, fêtée régulièrement le 1er août, est un évènement important ;

- L’église Sainte-Barbara : plus populaire est la fête de sainte Barbara qui se tient le deuxième dimanche du mois de juillet. Cela vaut la peine d’y venir, car une vibrante procession est organisée la veille du festival pour montrer l’image de la sainte au public. Les fidèles lui rendent hommage par des danses locales folkloriques.

- L’église de Santu Giaccu : sur le plan architectural, la petite chapelle fait pâle figure aux côtés de l’église Saint-Gabriel. Néanmoins, elle joue la carte de la tradition : le Dimanche des Rameaux, une foule de fidèles défile depuis l’église Saint-Gabriel jusqu’à l’église Santu-Giaccu en souvenir du jour où le Messie franchit triomphalement les portes de Jérusalem, en agitant des feuilles de palmiers.

Patrimoine archéologique

En passant à Villagrande, les plaisanciers trouveront une concentration extraordinaire de ruines nuragiques qu’ils ne pourront plus espérer rencontrer nulle part ailleurs en Sardaigne. L’inventaire comprend 17 tours de nuraghes, 10 villages abandonnés et 7 tombes de géants. À ceci s’ajoutent 5 domus de janas (créatures légendaires mi-fées et mi-sorcières qui se retranchaient dans les grottes du village) restaurés dans leur structure d’origine.  Voici les vestiges nuragiques les plus remarquables :

- le complexe de S'Arcu'e Forros : situé non loin de l’installation hydroélectrique de Flumendosa, le site, constitué d’un sanctuaire à mégaron à base de schiste et de granite et de trois tours fortifiées, est un rare exemple de structure nuragique ;

- le complexe de Sa Carcaredda : on peut identifier les restes d’un hameau près du site, mais le plus intéressant est le quatuor de tombes mégalithiques ;

le complexe de Troculu : en inspectant les ruines d’un village, les deux nuraghes à vocation défensive, et la tombe de géants déplacée sur le plateau à l’occasion d’un programme routier, le visiteur se prendra à rêver à quoi ressemblait cet endroit il y a trois milliers d’année.

Comment y aller ?

Pour arriver à Villagrande Strisaili, le plus simple est de prendre un vol pour Arbatax. De nombreuses compagnies aériennes desservent l’aéroport d’Arbatax. Une fois atterris, vous n’avez plus qu’à héler un taxi pour atteindre le centre-ville en 20 minutes.

Meilleure période pour partir

Venir en plein été n’est pas à propos, car le soleil tape dur avec ses rayons ardents (la température dépasse facilement les 30o C). Mieux vaut planifier votre séjour à Villagrande en mai, septembre ou octobre. Pour un voyage à but culturel, veuillez caler votre départ avec les festivals pour prendre part aux réjouissances populaires.

Vous aimerez…

- Vous promener au parc de Santa Barbara ;

- Explorer les domus de janas ;

- Prendre en photo le temple à mégaron de S'Arcu'e Forros, un monument iconique de Villagrande ;

- Vous joindre aux joyeuses festivités locales ;

- Goûter aux excellentes pâtisseries locales ;

- Visiter une cave à vin ou une ferme bio.

Montagne
0 photos

Bonjour

Je suis Jean-Luc de "Sardaigne en Liberté". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
(+39) 328 89 40 305