Punta La Marmora

S'élevant à plus de 1 830 mètres au-dessus de la mer, La Marmora est le plus haut sommet de la Sardaigne. Une invite à un circuit de randonnée et d'écotourisme au cœur du parc national de Gennargentu. Le point.

La zone rurale et montagneuse de Gennargentu , au centre-est de la Sardaigne, est bien connue des familiers de la randonnée. Quel alpiniste ne rêverait pas de contempler la blanche majesté de la Marmora ? Les remparts de granit qui l'entourent confèrent un cadre majestueux et terrifiant à ce sommet de 1 834 mètres. Les sentiers balisés sur les versants est et sud permettent de gravir le massif sans trop de difficulté. La vue extraordinaire sur le golfe d'Orosei dédommagera les grimpeurs de la fatigue. En redescendant du sommet, l'hospitalité d'un gîte de montagne n'est pas de refus. On goûtera les fameuses pâtes carapignas , on se promènera dans les oliveraies et les vignobles, on partagera le bonheur de la vie champêtre avec les bergers. N'hésitez plus un instant… Consacrez une journée d'escalade à La Marmora pour rendre parfaites vos vacances en Sardaigne !

Profil géomorphologique de Punta La Marmora

Le pic de La Marmora surplombe une zone protégée de 73 935 hectares : celle de Gennargentu. Le parc national de Gennargentu a été créé par décret présidentiel en date du mars 1998. Comme il intègre le golfe d'Orosei, sa particularité est d'être doublement un parc terrestre et littoral.

Le long des pentes, une végétation adaptée au climat alpin a pris racine. Les trembles alternent avec les érables et les chênes verts. Les cerfs paissent furtivement dans les plaines herbacées. Des villages de fermes sont retranchés derrière les collines. Il n'est pas rare d'y rencontrer des chèvres, des moutons ou même des chevaux élevés en pleine nature.

Le pic montagneux sert de refuge à une variété d'oiseaux de proie : autrefois, le vautour moine et le gypaète barbu y construisaient leurs aires, mais l'extinction de ces deux espèces à Gennargentu est aujourd'hui confirmée. Malgré tout, on peut toujours apercevoir les aigles royaux , les faucons pèlerins , les buses ou les vautours fauves planer haut dans les nuages. Ces rapaces se nourrissent prioritairement des cerfs, des sangliers et des mouflons qui occupent les plaines boisées. Néanmoins, la rareté des gibiers les oblige par moments à adopter un régime végétarien.

Aujourd'hui : une attraction touristique convoitée

L'ascension du point culminant de la Sardaigne intéresse des centaines de voyageurs. Le trek n'accuse pas des difficultés notoires ; il est à la portée de toute personne en bonne condition physique.

Gravir la Punta La Marmora

La durée approximative de l'expédition est de 5 heures. En avançant dans la forêt, préparez-vous à voir une variété de paysages extraordinaires : vallée, cols montagneux, falaises herbeuses ou boisées, fleuves et sources d'eau ruisselantes. Le parcours présente un dénivelé de 530 m. L'aller est simple, alors que le retour s'annonce un peu raide, avec les tronçons rocailleux et glissants, mais pas insurmontable.

De multiples itinéraires sont proposés par les agences de voyage pour parvenir jusqu'au sommet. Voici un exemple de parcours :

1er arrêt : le col Bruncu Spina (1 829 mètres)

Au départ de Fonni, vous suivez un long sentier de crête qui conduit à Bruncu Spina. Cela vous demande deux heures de marche pour arriver au col. Perchée à 1 829 m d'altitude, l'unique station d'hiver de la Sardaigne apparaît devant vous, offrant une vue dégagée sur les falaises du Supramonte. Des tracés rouges et blancs balisent le sentier.

2e arrêt : le col Arcu Gennargentu (1 659 m)

Ce prochain col se dresse à mi-chemin entre Bruncu Spina et Punta La Marmora. L'absence de balises est assez contrariante ; pour ne pas vous perdre, longez simplement la crête comme si vous vous dirigez vers la Marmora. (En cas de brume, la prudence exige d'annuler la randonnée.) Vous descendez ensuite les escarpements pour atteindre le col Arcu Gennargentu. Cette étape franchie, préparez-vous à monter au mythique sommet.

3e arrêt : Arcu Gennargentu - Punta La Marmora (1 854 m)

Après Arcu Gennargentu, les balises (flèches rouges et blanches) apparaissent de nouveau et ne s'effaceront plus jusqu'au bout du circuit. Le paysage change aussi de ton : les chênes et les érables laissent progressivement place à des arbustes nains, les merles aux aigles et les renards aux blaireaux. La Punta La Marmora est indiquée par une immense croix de métal. Si le soleil est de la partie, vous jouirez d'une vue saisissante sur le parc de Gennargentu.

4e arrêt : Punta La Marmora – Arcu Gennargentu

Le randonneur s'engage sur le chemin du retour en repassant par Arcu Gennargentu. Soyez attentif à la marche, la pente étant rocailleuse et abrupte.

5e arrêt : Funtana Is Bidileddos (1 660 m)

On prend le chemin du Funtana is Bidileddos, une adorable fontaine nichée entre les falaises. Les marcheurs apprécieront de se dégourdir les jambes et de se rafraîchir près de la source avant de poursuivre la descente.

6e arrêt : Retour à Fonni

Retour au village de Fonni, où s'achève l'expédition.

Recommandation : les trekkeurs aguerris pourront visiter les autres cols du massif de Gennargentu : Punta Florisa (1 822 m), Punta Paolina (1 792 m) ou mont Iscudu (1 676 m).

Meilleur moment pour partir

Le climat de Gennargentu , qui abrite le célèbre sommet La Marmora, est influencé par la proximité de la Méditerranée. À la sécheresse estivale succède un hiver doux et modéré accompagné de pluies. Pour voyager avec la bénédiction de la météo, mieux vaut partir entre mai et septembre.

Il convient d'avertir les alpinistes sur le fait qu'un froid extraordinaire règne dans les zones de haute altitude. Même si le risque d'exposition à la neige est faible (seulement les mois d'hiver), les anoraks et les grosses vestes sont de rigueur. Pas besoin d'emporter une bouteille d'eau minérale : des sources naturelles se répandent dans les alentours pour s'approvisionner sur le chemin.

Comment s'y rendre ?

Les voyageurs qui veulent escalader La Marmora doivent suivre la route en direction de Desulo. Cinq kilomètres avant d'atteindre cette localité, prenez un tournant pour arriver au village de colline de Fonni , qui culmine à 1 500 mètres d'altitude. Des auberges, des chambres d'hôte et des refuges affluent aux alentours. Fonni est, en effet, le point de départ de l'expédition vers le mythique sommet.

Dans les environs…

L'ascension du sommet La Marmora peut être combinée à :

  • Un séjour de rêve à la ferme ;
  • La visite d'un site archéologique au village de Tiscali ;
  • Un voyage gourmand à tester les spécialités sardes.
Montagne
4 photos

Bonjour

Je suis Jean-Luc de "Sardaigne en Liberté". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
(+39) 328 89 40 305