Le golfe d'Orosei

À l'est de la côte sarde, le golfe d'Orosei est connu pour collectionner les plus beaux panoramas de la Sardaigne. Tour d'horizon des incontournables.

Deux bonnes fées ont béni la Sardaigne à sa naissance : l'une lui a donné la lumière, et l'autre une façade maritime à couper le souffle. Pour apprécier les trésors de cette côte sauvage, un séjour sur le golfe d'Orosei apparaît indispensable. Dans la province de Nuoro, la mer aux eaux émeraude trace une large courbure sur le sable blanc. La chaîne montagneuse du Supramonte toise fièrement le golfe, se découpant en falaises de grès ou de porphyre à Baunei, s'affaissant en canyons profonds à Cala Gonone,  laissant place à des galets et des criques rouges à Cala Biriolu et dessinant une arche en pierre impressionnante à Cala Goloritzé. Cette union parfaite entre la montagne et la mer est surtout ce qui fait le charme du golfe d'Orosei. Si vous n'avez pas la passion des hauteurs, il est facile de remédier à ce souci. La limpidité des eaux est telle que la baignade, la plongée et la batellerie de plaisance promettent d'être inoubliables.

Histoire

Les prémices d'habitation humaine dans le golfe d'Orosei datent de l'âge nuragique, soit aux alentours de 1300 av. J.-C. Les sites archéologiques de Baunei ou de Nuraghe Mannu gardent, entre autres, des traces de cette antique colonie. Après une longue période où Gênes et Pise se sont querellées, la région a été gouvernée par la maison d'Aragon.

Les villages côtiers qui constellent le golfe ont été fondés à l'aube du XXe siècle. La pêche est le pilier de l'économie régionale. Le vin, l'huile d'olive et les fromages sont aussi des ressources stratégiques. Aujourd'hui, l'émigration est freinée par le tourisme, qui emploie une fraction significative des actifs.                

Le golfe d'Orosei : une façade côtière spectaculaire

Si le tourisme anime la côte orientale de la Sardaigne, ce succès est à mettre sur le compte du golfe d'Orosei.

Des falaises forestières se succèdent sur plus de 40 km, surplombant des plages interminables de sable blanc. Les montagnards du monde entier y viennent à cœur joie pour le trekking, la grimpe, les loisirs du parapente, de la fauconnerie et de l'ornithologie. Les canyons et grottes calcaires, pour ne citer que la grotte de Bue Marino, qui ponctuent le littoral attirent également les visiteurs.

À la pleine nature se joint le nautisme, d'autant plus attrayant que la qualité des eaux est contrôlée et que certaines plages sont restées vierges et sauvages. Elles sont soumises à une juridiction spéciale en tant que partie du parc national de Gennargentu. Les jolies stations balnéaires du golfe d'Orosei sont ainsi une invite au farniente et au tourisme d'aventure.

Les stations balnéaires du golfe d'Orosei

Pour faire le tour des trésors du golfe d'Orosei, le plus simple est d'acheter un forfait de croisière. Avec votre agence de voyage en Sardaigne, vous pouvez organiser des circuits en bateau, à raison d'une ou de deux journées, qui traversent l'un après l'autre les stations balnéaires avoisinantes.

Cala Mariolu

Les touristes ont tort de passer hâtivement sur la crique, car elle recèle une série de grottes sous-marines. Ne manquez pas la grotte Del Fico , accessible exclusivement en ferry. Pour information, Cala Mariolu - calanque des voleurs - est l'un des derniers habitats naturels du phoque moine en Italie. Pilleur de poissons incorrigible, le phoque irrite souvent les pêcheurs, ce que rappelle d'ailleurs le nom de la station.

Cala Luna

Palmiers, sable fin, adorables petites criques… La plage de Cala Luna est, au même titre que Cala Goloritzé, le plus beau bijou du golfe d'Orosei. Les spéléologues apprécieront de s'égarer au fond des grottes taillées par la mer.

Cala Gonone

Le relief boisé et tourmenté de Cala Gonone trahit sa vocation : la station est née pour l'écotourisme. Les marcheurs progressent dans une forêt de maquis méditerranéen, dominée par les pins, les arbousiers et les chênes verts. Ils feront un safari photo des oiseaux de proie avant de descendre les falaises.

Il n'y a aucun temps à consacrer au farniente, car de fabuleux trésors sont à voir le long de la côte : les grottes de Bue Marino et la grotte d'Ispinigoli. C'est incroyable de s'aventurer dans ces galeries de stalactites et de stalagmites formées il y a des millions d'années. Un lit de sel se trouve dans chacune des deux grottes. La deuxième est probablement la plus vieille, à cette pensée qu'une colonne naturelle de 38 mètres est suspendue du haut de la voûte. Mais les cavernes de Bue Marino ont une autre attraction : les mélomanes s'y donnent rendez-vous pour assister au festival de jazz de Cala Gonone. Chaque année, des artistes de renom se produisent sur la place durant la dernière décade de juillet.

Cala Sisine

La côte de Cala Sisine est recouverte de galets marron ou gris, résultat de l'effritement des roches métamorphiques. Pour y arriver, on n'a qu'à suivre la route SS125 avant de s'engager dans un petit sentier. La plage est aussi accessible par la mer. Possibilité de voir des nuraghes et des tombes de géants.

Cala Goloritzé

En quittant Cala Luna, vous prenez la route de Cala Goloritzé, la plus belle crique de la Sardaigne. Si l'idée de marcher pendant 90 minutes sur un dénivelé de 470 mètres vous effraie, la voiture est dans ce cas votre seule option de transport. Dans le cadre du tourisme responsable, les bateaux à moteur n'ont plus le droit d'accoster sur la baie. En gagnant la plage, vous grimperez une arcade naturelle haute de 140 mètres. Vous jouirez d'une vue unique près de l'Aguglia a Tramontana, un rocher joliment ciselé en aiguille. La mer d'eaux turquoise vous donnera des envies de baignade.

Grottes de Bue Marino

Les mélomanes seront aux anges de venir dans cette station. Un Festival de jazz où des artistes de renom se produisent chaque année y a lieu.

L'arrière-pays

Si les plages du golfe d'Orosei sont spectaculaires, l'arrière-pays tient aussi ses promesses.

  • Les gorges de Goroppu : un profond canyon surplombé par des hauts plateaux et des falaises ;

  • Les fortifications de Tiscali : situé à une vingtaine de kilomètres de Dorgali, le bourg de Tiscali, enserré de remparts et de tours fortifiées, a conservé un visage médiéval typique ;

  • Le lac Cedrino : un rendez-vous des passionnés de canoë et de rafting ;

  • La cité de Dorgali: elle fait jeu égal avec Tiscali avec son riche patrimoine historique, mais son Musée archéologique fait la distinction. Le musée dresse un élégant tableau de la civilisation nuragique, tout en exposant des ruines de Carthage et de l'Empire romain. Les curieux d'artisanat trouveront leur bonheur dans la vieille cité : céramique, carpettes et sculptures sur bois ;

  • Le Nuraghe Mannu, un site archéologique de Cala Gonone :surplombant le front de mer, le Nuraghe Mannu est un souvenir de l'ère nuragique. Il se présente comme une tour ronde à base de basalte et de trachyte, perchée à 180 mètres au-dessus du niveau de la mer. La tour mesure 4,7 m de haut. La récompense des grimpeurs est la vue imprenable sur la plage de Cala Fuili et les criques environnantes. Au pied du nuraghe se trouve un ensemble de bâtiments nuraghes, des cabanes rondes ou rectangulaires montées de façon grossière. Les murs sont faits de pierres superposées sans aucun liant ni mortier. 

Quand y aller ?

La région du golfe d'Orosei jouit d'un climat méditerranéen. Si vous entendez profiter des joies de la mer, c'est en été que tout se passe ! N'oubliez pas d'emporter vos lunettes et vos crèmes solaires, car le soleil tape dur entre juin et fin août.

Pour un voyage à but d'aventure -- escalade ou inspection de grottes --, inutile de venir au golfe d'Orosei en saison estivale. Fixez plutôt vos dates en avril ou en mai, quand la température est encore fraîche et quand les oliveraies et les vignes refleurissent, rendant féérique la balade dans les bois.

Comment s'y rendre ?

Cala Gonone est la plus grande ville de la région. Elle a des liaisons aériennes, terrestres et maritimes avec les destinations phares de la Méditerranée.

En avion

L'aéroport de Tortoli est le plus proche de Cala Gonone. Des vols en provenance de Veraon, de Milan et de Rome desservent ce dernier. À la sortie de l'aérodrome, hélez un taxi ou un Uber pour gagner le centre-ville. La distance est de 68 km.

L'aéroport d'Olbia Costa Smeralda est recommandé davantage à l'endroit des ressortissants étrangers. Il est facile de dénicher un vol pour Olbia depuis Paris, Ajaccio, Lyon, Nice ou Bordeaux. La distance par rapport au centre-ville est de 108 km.

En voiture

Si votre bourse vous le permet, louez les services d'un véhicule privé. En partant d'Arbatax, roulez sur la SS125 qui mène droit à Olbia. Vous serez à Cala Gonone au bout de 60 km de route.

Vous aimerez…

  • Contempler la très belle crique de Cala Goloritzé ;

  • Jouir du panorama grandiose de Cala Luna, tout près de Cala Biriola ;

  • Vous baigner dans la piscine de Vénus ;

  • Faire une promenade dans les grottes naturelles de Bue Marino ;

  • Faire de la plongée sous-marine ;

  • Tester les castigliones, une délicieuse spécialité sarde ;

  • Séjourner dans un hôtel de luxe.

Bonjour

Je suis Jean-Luc de "Sardaigne en Liberté". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
(+39) 328 89 40 305