bue_marino

Ornée de figures dansantes associées à l’art pariétal, la grotte de Bue Marino est un chef-d’œuvre naturel à grand spectacle sur le golfe d’Orosei. Revue en détail de l’attraction.

La côte est de la Sardaigne collectionne les trésors naturels. On pense tout de suite à Cala Luna, à Cala Gonone ou à Cala Goloritzé, ce décor de plage, de sable et d’adorables criques rocheuses qui attire les stars du show-business international. Mais détrompez-vous si vous pensez que les calas n’intéressent que les peoples. C’est sans compter sur la grotte de Bue Marino, un ensemble de cavités calcaires mesurant 20 kilomètres de long, à l’intérieur desquelles on découvre des colonnes imposantes de stalactites et de stalagmites qui se reflètent au fond d’un lac transparent avec des effets chromatiques à couper le souffle. La grotte se trouve sur le territoire administratif de Dorgali. Une randonnée de trois quarts d’heure, alliant exploration des galeries sous-marines, observation de l’art rupestre et éducation environnementale. Pour y aller, le transport à la mode est le kayak ou le bateau.

Bref descriptif de la grotte

Bue Marino est un terme sarde pour bœuf marin. Les pêcheurs de Dorgali donnaient ce nom à l’espèce de phoque moine qui se cachait dans les lacs et les étangs de la caverne. Par le passé, le golfe d’Orosei regroupait la plus importante colonie de phoques en Italie, ce qui a rendu la grotte célèbre. Les pressions d’origine anthropique ont entraîné l’extinction de l’espèce vers la fin des années 70. Le phoque a transmis son nom à la grotte.

La grotte revêt un intérêt exceptionnel pour les spéléologues, d’une part, et pour les spécialistes des sciences de l’histoire humaine, d’autre part. La galerie sud longue de 5 kilomètres abonde en ressources aquifères. L’eau de mer s’infiltre dans la grotte, formant un dédale de lacs et de rivières mystérieux. La partie accessible aux visiteurs laisse entrevoir le lac d’eau salée le plus vaste au monde. Dans le même temps, les parois de la caverne se parent de gravures rupestres de toute beauté.

La grotte de Bue Marino est un patrimoine naturel et minéralogique inestimable de la Sardaigne. Pour valoriser pleinement son potentiel touristique, un groupe de spéléologues a eu l’idée de la relier aux autres grottes avoisinantes de Su Molente, de Monte Longos et de Su Palu et au complexe de grottes de Codula di Ilune. Le tout représente un itinéraire captivant de 70 kilomètres.   

Parcours dans la grotte de Bue Marino

La grotte de Bue Marino est divisée en deux sections distinctes : la galerie nord et la galerie sud. Seule la seconde est ouverte au public, la première est hors d’accès étant donné l’état de fossilisation avancé des roches karstiques. Il existe une galerie médiane longue de 4 km, réservée exclusivement aux spéléologues professionnels.

Les points forts de la visite :

- Les guides parlent un anglais ;

- Des passerelles en bois ont été aménagées de part et d’autre de la grotte, rendant l’exploration facile ;

- L’humidité et la fraîcheur de la caverne sont bienvenues pour oublier le soleil méditerranéen ;

- Un parcours adapté à tous les niveaux : l’itinéraire accessible au public mesure un peu plus de 900 mètres de long.

Après avoir franchi l’entrée de la caverne, les peintures décoratives sur les parois justifient un premier arrêt. Elles mettent en scène des danseurs en ronde autour d’un motif circulaire qui représenterait le disque solaire. Les figures anthropomorphes sont peintes à même le rocher. Le corps est dessiné sous la forme d’une chandelle, tandis que des lignes inclinées et courbées évoquent les membres. Le geste est vif et rapide. Ces peintures dessinées à l’ocre rouge l’ont été par des anciens Sardes de l’âge de pierre il y a 3 milliers d’années.

Le deuxième arrêt est la chambre des chandeliers. Il faut lever les yeux vers la voûte pour admirer les stalactites et les stalagmites éblouissantes. D’aucuns les comparent à des lampadaires.

Dans la chambre des orgues, les concrétions rocheuses atteignent une taille inégalable. Elles prennent la forme de cylindres et d’immenses tuyaux.

Le point d’orgue de la visite est à découvrir dans la chambre des glaces. En avançant dans les murs d’albâtre, en jetant le regard sur les étangs d’eau douce se mélangeant à la mer, on ne peut contenir un cri d’admiration. Comme la couleur des étangs change avec la luminosité et la cadence des marées, les eaux renvoient un joyeux contraste d’ombre et de lumière.

Parmi les ressources lacustres se détache un lac d’eau salée vaste de 1 km2, considéré comme le plus grand au monde. Le reflet des colonnes calcaires dans les eaux paisibles du lac est un réel enchantement.

Vous accéderez ensuite à la chambre des plages qui a pour particularité d’être irriguée par une rivière. Quand la rivière gonfle sous la force des crues, elle emporte et déverse du sable.

La randonnée se termine à la plage des phoques, où l’eau douce des nappes phréatiques rejoint la mer. Là s’accouplaient les phoques moines méditerranéens, qui pullulaient encore au siècle dernier dans les grottes sous-marines sardes, mais dont l’existence n’est désormais plus qu’un souvenir.  

Quand y aller ?

La période de mai à septembre est la meilleure pour visiter la grotte de Bue Marino. Il fait beau et chaud, et les précipitations sont limitées. Les plus malins choisiront des dates au printemps ou aux premiers jours de l’automne. La crique de Cala Gonone est victime du tourisme de masse en plein été.

Comment arriver à Bue Marino ?

Pour atteindre la caverne Bue Marino, vous n’avez que deux options : le bateau ou les jambes. Elle est planquée sur le golfe d’Orosei, non loin des superbes criques de Cala Luna et de Cala Fuili. L’entrée de la grotte est caractérisée par deux immenses arches ouvertes sur la mer.

À pied

Si vous avez le cœur à marcher, profitez d’une randonnée à pied depuis Cala Fuili. Vous traverserez des falaises rocheuses spectaculaires et ferez une halte à Cala Luna pour nager dans ses eaux turquoise. Le parcours est de 1,5 km.

En kayak ou en bateau

Le plus simple est de prendre la mer. Tout d’abord, il vous faudra rejoindre Cala Ganone en louant une voiture privée près de l’aérodrome de Cagliari, d’Olbia ou d’Alghero. Depuis la jetée de Cala Gonone, des services de ferry-boat emmènent les touristes à destination de Bue Marino.

Circuit de croisière autour du golfe d’Orosei

Des compagnies de croisière proposent l’excursion au Bue Marino avec de nombreuses haltes sur les criques du golfe d’Orosei : Cala Goloritzé, avec son arche naturelle et l’aiguille de fée de Monte Caroddi, les magnifiques grottes de Cala Luna, les plages de galets blancs et roses de Cala Sisine et de Cala Mariolu, ou encore la petite crique intimiste de Cala Gabiani.

Grotte
3 photos

Bonjour

Je suis Jean-Luc de "Sardaigne en Liberté". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
(+39) 328 89 40 305