Ulassai

Situé dans l’arrière-pays de l’Ogliastra, au centre-est de la Sardaigne, le village d’Ulassai séduit les visiteurs par ses cavités souterraines et ses œuvres d’art en plein air. Le point.

Ulassai est un de ces adorables bourgs de montagne de l’Ogliastra, accessible à 5 minutes à peine de la côte. À la vue des tours nuragiques dressées sur les plateaux rocailleux, d’aucuns se demandent si ce petit village de bergers proche de Barbagia di Seulo ne ressemblerait pas aux autres villages de la Sardaigne. La réponse est à la fois oui et non. Vous visiterez des nuraghes, souvenirs d’une colonie primitive qui surprend par ses talents de bâtisseurs. Mais le charme d’Ulassai tient essentiellement à deux choses : elle abrite les grottes souterraines de Su Marmuri ainsi que le musée en plein air de Maria Lai, une fille de la région devenue une artiste mondialement reconnue. Venir à Ulassai revient donc à s’émerveiller du patrimoine géologique, de la qualité des œuvres d’art, mais aussi des délices gastronomiques du terroir.

Notes historiques

L’arrivée des premières colonies humaines date de l’âge du bronze, vers 1600 ans av. J.-C. pour être plus exact. Les hommes se construisaient des tours fortifiées à base de pierre ou de terre cuite pour sécuriser les habitations. Des dolmens et des menhirs faisaient office de fosse commune. Des fées légendaires habitaient les domus de janas. Les nuraghis de Seddurrulu et de S’Ulimu sont, entre autres, l’héritage de cette civilisation.

Les premières archives sur la cité datent de 1217. Son nom changea au fil des siècles : Ulazzai, Ulusai puis Ulassa. Il est aussi fait mention d’un village Lessei, habité depuis l’âge nuragique avant d’être abandonné au milieu du xive siècle. Quant au sens étymologique, les érudits estiment qu’Ulassai est forgé soit sur le phénicien « alaz » qui renvoie au climat brûlant, soit sur le latin « gula-assa » qui fait allusion au relief escarpé du territoire, ponctué de gorge et de falaises.

Au Moyen Âge, les Carroz, les Centelles et les Borgias soumirent la ville à leur pouvoir sur l’accord des rois aragonais. Ces nobles familles féodales ne se soucièrent que de leur propre fortune sans songer à maintenir l’ordre et la justice. Les cas de litiges entre les paysans étaient fréquents. Il faudra attendre l’an 1839 pour qu’Ulassai obtienne enfin le statut de ville autonome dotée d’une mairie et d’un Conseil communal, après que le département d’Ogliastra l’a rachetée au comté d’Osorio.

Ulassai aujourd’hui

Jardins d’oliviers, vignobles, prairies herbeuses… Ulassai est l’archétype de ces villages isolés et montagneux qui ont forgé leur identité sur les traditions agricoles. Autrefois, les moyens de subsistance se fondaient purement sur l’élevage de chèvres, de moutons, de porcs et de chevaux. Depuis les années 50, l’économie s’est largement étoffée. Les fromages, les salamis et les jambons sont des spécialités célèbres de la région. Chaque foyer a son propre four à bois pour cuire des pains et des friandises traditionnels. Mais le sous-équipement industriel est criant, si l’on excepte les centres de miellerie.

Le tourisme est encore un secteur jeune, mais les perspectives d’avenir sont réelles. Perché à 775 mètres d’altitude, le territoire d’Ulassai déploie des paysages variés, allant de la vallée de Pardu inondée d’oliveraies aux buttes rocheuses et au complexe de grottes calcaires. Les adeptes de randonnée, de spéléologie et de l’escalade sportive ne seront pas déçus de séjourner ici. Pour les amateurs d’arts, Ulassai est avant tout le village natal de Maria Lai. Cette grande figure de l’art relationnel a pondu son chef-d’œuvre dans les maisons de ferme du village en les rattachant par un cordon bleu d’azur, symbole vivant d’harmonie et d’amitié. En séjournant à Ulassai, les voyageurs partiront à la rencontre de la nature, de l’art et des trésors archéologiques, en plus de venir en aide à un village à faible revenu, qui compte sur l’industrie touristique pour mettre fin à l’émigration.

À voir et à visiter à Ulassai

Bienvenue à Ulassai ! Deux journées ne sont pas de trop pour faire le tour des richesses de la ville. Si le temps vous manque pour tout voir, notez sur votre carnet d’adresses ces points d’intérêt incontournables.

Les grottes de Su Marmuri

La grotte de Su Marmuri - grotte de marbre en langue sarde - est un endroit familier aux experts de spéléologie. Et pour cause, elle comprend des galeries de stalactites et de stalagmites s’étendant sur plus de 800 mètres de long. À part la fierté d’explorer l’une des grottes les plus importantes d’Europe, vous profiterez d’une bienfaisante fraîcheur le temps d’une heure de randonnée. Pour y accéder, il vous faudra traverser les falaises calcaires du tacco d’Ulassai. Pour information, une épaisse forêt de maquis dérobait la grotte à la vue durant plusieurs siècles. De nombreuses espèces de chauve-souris s’y réfugient, dont le Minioptera. Le clou de la visite est la gigantesque colonne de 20 mètres de haut qui se trouve à l’intérieur de la salle Cactus.

Le musée d’art Maria Lai

Se lier à la montagne… Le chef-d’œuvre de Maria Lai qui l’a fait connaître aux quatre coins de l’Europe attire également des milliers de touristes dans sa ville natale. En dehors de ces habitations entrelacées dans la colline, d’autres pièces artistiques réclament votre attention dans la Station Dell’Arte, agréablement blottie entre les buttes rocheuses d’Ulassai. Préparez-vous à découvrir des créations exceptionnelles tant pour leur originalité que pour leur profonde sensibilité. L’artiste dépeint l’univers des humbles paysans qui lui est cher : Le Berger avec son chèvre le matin, Les Chèvres cousues, La maison des préoccupations, La Route des traditions, etc. Elle produit des tableaux, des livres cousus, des cadres, des objets en céramique ou en terre cuite et des métiers à tisser. En dehors du lavoir communal, la bibliothèque, le cimetière et les zones d’habitation portent tous des traces de son génie créatif.

Patrimoine archéologique

- Le nuraghe s’Ulimu : situé à 720 mètres au-dessus du niveau de la mer, le nuraghe S’Ulimu est, avec ses deux tours massives soutenues par une muraille, un saisissant exemple de complexe nuragique. La tour principale de 7 mètres de haut est encore de bonne tenue ; la tour plus petite est à demi effondrée. Le nuraghe était destiné au stockage des fourrages et des récoltes.

- Le nuraghe Pranu : ce nuraghe à tour unique a été achevé au cours du bronze tardif. Sa porte sud comportait une belle architrave aujourd'hui disparue. À quelques mètres de là se dressent deux autres nuraghes à flanc de falaises.

- Aux environs du talon d’Ulassai, vous pourrez visiter huit domus de janas et trois tombeaux mégalithiques. Les ruines de villages à proximité livrent à la méditation et à la flânerie.

Patrimoine religieux

- L’église rurale de Santa Barbara : à 7 km en dehors du bourg, l’église Sainte-Barbara est un monument historique à ne pas manquer. Si vous venez à Ulassai au courant de mai, vous pourrez vous joindre aux fidèles pour célébrer les fêtes de sainte Barbara et de la Bienheureuse Vierge des Grâces.

Patrimoine naturel

Outre les grottes de Si Marmuri, les impressionnantes cascades de Lequarci sont à voir. Elles déversent ses eaux impétueuses en décrivant un amphithéâtre de 50 mètres de haut pour une largeur totale de 70 mètres avant de rejoindre des petits ruisseaux. En avançant plus loin, vous accèderez à une autre cascade de 75 mètres de haut.

Quand partir à Ulassai ?

Le village connaît un pic de fréquentation au plus fort de l’été, savoir entre juillet et août. Les chaleurs intenses risquent cependant de contrarier les activités en plein air. Ceux qui partent au printemps ou en automne sont les plus malins. Les températures sont agréables et modérées à cette période de l’année.

Comment s’y rendre ?

Pour accéder à Ulassai, les ressortissants étrangers sont priés de prendre un vol pour Cagliari. Près de 130 km de route séparent l’aéroport de Cagliari du centre-ville d’Ulassai. Il y a d’autres façons d’arriver par les airs en atterrissant à l’aéroport international d’Olbia ou d’Alghero, mais on ne vous le conseille pas. L’éloignement passe encore, le plus gros souci est l’absence de transports communs pouvant emmener  directement les voyageurs à destination d’Ulassai.

Si vous entendez économiser sur les frais de transport en privilégiant les bus publics aux dépens des voitures privées, Cagliari est la meilleure option pour vous. Trois fois par heure, un service de train fait la liaison entre l’aérodrome et la gare routière de Cagliari. Prenez ce train, puis montez dans le prochain bus pour Ulassai. Le trajet dure 3 heures et demie au prix de 8 euros.

Vous aimerez…

- Vous promener dans les oliviers et les vignobles ;

- Faire un tour dans les grottes de Si Marmuri, l’icône principale d’Ulassai ;

- Se rafraîchir près des chutes d’eau de Queraci ;

- Découvrir les délicates œuvres d’art de Maria Lai ;

- Rendre hommage à l’église gothique Sainte-Barbara ;

- Goûter au vin cannonau et autres spécialités locales ;

- Assister à un festival culturel.

Ville
2 photos

Bonjour

Je suis Jean-Luc de "Sardaigne en Liberté". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
(+39) 328 89 40 305