Nuoro

Riche de ses musées, de ses forteresses nuragiques et de ses plages de sable fin, la province de Nuoro est l’une des destinations les plus captivantes de la Sardaigne. Revue de détail.

« C’est l’âme de la Sardaigne, c’est la Sardaigne même dans toutes ses manifestations ! », commenta la femme de lettres Grazia Deledda en parlant de sa ville natale. De ses falaises de granit, entrecoupées de forêts, de hauts plateaux et de villages de vignobles, Nuoro avait reçu le nom de Barbagia… Compte tenu de son patrimoine artistique et littéraire, elle est saluée parfois comme l’Athènes de la Sardaigne. De nombreux écrivains italiens ont puisé leur inspiration dans sa lumière crue, ses paysages de montagne, sa végétation préservée et généreuse mais aussi dans ses festivités culturelles. Flânez dans les vieilles rues, les arcades et les places historiques. Soyez éblouis par les œuvres d’art de la cathédrale Sainte-Marie-de-la-Neige. Visitez la maison-musée Deleddiano. Et n’oubliez pas les criques déchiquetées et les plages de rêve qui parsèment la côte. Partir à Nuoro, c’est s’assurer de passer des bonnes vacances en Sardaigne !

Notes du passé

Les preuves de présence humaine sur le site remontent à l’âge de pierre. Les centaines de cabanes rondes mises à jour lors des fouilles de Tanca Manna en font foi. Les domus de janas regroupés au pied du mont Ortobène peuvent également en témoigner. Nuoro fut un berceau de la culture nuragique, qui s’est épanouie en Sardaigne entre 2500 ans et 1000 ans av. J.-C. Elle devint ensuite une dépendance romaine ; le logodurais sarde, que les Nuoresi parlent encore jusqu’à ce jour, est l’héritage de cette époque.

L’Empire romain prit fin vers l’an 476. L’empereur byzantin Justinier Ier conquit Nuoro en écrasant les Vandales. La mission d’évangélisation de la région a été confiée aux moines bénédictins. Le pape Grégoire Ier rapporta dans ses lettres le schisme religieux sur l’île : à la Sardaigne romanisée, évangélisée et byzantine s’oppose une Sardaigne païenne et adoratrice de faux dieux. Des bénédictins italiens furent envoyés dans la région de Nuoro. Des abbayes, des paroisses et des sentiers de pèlerinage ont été construits. Il arrive qu’une église basilienne jouxte les nuraghes ou les dolmens dans le but d’abolir le culte païen.

Après la chute de l’Empire byzantin, Nuoro n’a acquis qu’une importance modeste sous le régime féodal aragonais. La date du 1836 est l’anniversaire de naissance de la municipalité : elle est depuis présidée par un maire élu et un conseil municipal. Le xxe siècle vit la ville s’épanouir sur le plan culturel et rayonner au-delà des frontières nationales. De nombreux artistes locaux, comme la romancière Grazia Deledda, le sculpteur Francesco Ciusa ou encore le poète Sébastien Satta, se sont fait connaître aux quatre coins de l’Europe. Cette intense créativité artistique valut à Nuoro d’être appelée l’Athènes de la Sardaigne.

Aujourd’hui : une station de villégiature en plein essor

Comptant près de 207 000 habitants, la province de Nuoro au centre-est de la Sardaigne est l’une des moins peuplées de l’Italie. Sa capitale et sa plus grande ville est Nuoro. Bordée à l’est par la mer Tyrrhénienne, la province possède une kyrielle de stations balnéaires, où se succèdent criques, sable blanc et grottes secrètes accessibles uniquement en bateau. L’arrière-pays se dessine comme une bande d’affleurements rocheux peuplés de chênes, de genévriers et d’arbousiers. Dans sa partie la plus montagneuse se trouve le parc de Gennargentu, qui abrite Punta La Marmora, le point culminant de la Sardaigne. D’autres beaux sommets couronnent le massif, à l’instar du mont Ortobène et du mont Albo. Ces innombrables attractions confirment une économie touristique à fort potentiel. Si le tourisme balnéaire est loin d’être passé de mode, la province entend également poursuivre la promotion du tourisme culturel et du tourisme de randonnée.

À voir et à visiter

Plages

Nuoro est réputée pour la qualité de ses plages et de ses criques sauvages. Cala Gonone est une jolie plage aux eaux cristallines et agrémentée de formations rocheuses. En allant vers la côte sud, vous accéderez aux calas de Sisine et de Mariolu. Quant aux grottes de Bue Marino, au large de Cala Luna, elles feront les délices des randonneurs et des adeptes de spéléologie.

Patrimoine naturel

Le mont Ortobène : la station de montagne attire les randonneurs pour ses sommets, ses ruines nuragiques et sa fascinante biodiversité sauvage. Elle abrite le Rédempteur, une statue exécutée en 1901 par Vincenzo Ierace.

À part le parc archéologique d’Ortobène, la ville compte deux sites nuragiques majeurs : le nuraghe de Noddule et le nuraghe d’Ugolio.

Patrimoine architectural et religieux

La cathédrale Sainte-Marie-de-La-Neige

Se dressant sur la place Santa Maria della Neve, l’église mère de Nuoro, inaugurée au xviiie siècle, est conçue dans un style néo-classique. Les œuvres d’art exposées au sein de la cathédrale sont remarquables : le maître-autel de Galfrè, Jésus parmi les sages de Luca Giordano, la Déposition du Christ et Les disciples en Emmaüs de Bernardino Palazzi… Avant d’entrer à l’intérieur, prenez le temps d’admirer les majestueuses colonnes en granit, les chapiteaux et le fronton entouré des deux côtés par des clochers jumeaux. Dédiée à la sainte patronne de Nuoro, la cathédrale est sans l’ombre d’un doute un bâtiment iconique de la ville.  

La chapelle Notre-Dame-de-la-Grâce   

Moins impressionnante que le Duomo, la chapelle Notre-Dame-de-la-Grâce mérite tout de même une visite pour ses précieuses fresques murales signées par Gregorio Are et Pietro Antonio. N’oubliez pas de photographier sa façade gothique mise en valeur par un fronton trachyte et une rosace à sept branches.

Places historiques et musées

La place du Poète 

Le temps d’un séjour à Nuoro, offrez-vous une promenade agréable sur cette place. La façade de toutes les maisons avoisinantes est blanchie à la chaux sans distinction. Revêtue de dalles de granit avec des rochers dispersés abritant huit sculptures en bronze, la place est consacrée en l’honneur de Sebastiano Satta, l’une des plus grandes figures de la littérature nuoraise. Elle surplombe le domicile du poète.

Le Musée d’art de la province de Nuoro (Man Museo d’arte della)

Ouvert au public en 1999, le musée est un rendez-vous incontournable pour les amateurs d’arts contemporains. La collection couvre la période de la fin du xixe siècle à nos jours. Les artistes d’avant-garde de la région y sont mis à l’honneur, des plus célèbres comme Maria Lai et Mario Delitala aux moins connus comme Giuseppe Basi.  

Le Musée ethnographique sarde 

Le tour du musée est indispensable si vous voulez en apprendre davantage sur le style de vie des habitants au xixe et au xxe siècle. Joyaux, tenues traditionnelles, masques, artillerie et pièces de vaisselle. 

Le musée de Grazzia Deledda 

Achevé au xixe siècle, le musée de Grazzia Deledda est la maison où la romancière a vu le jour, où elle a passé toute son enfance jusqu’au jour de ses épousailles en 1900. Le bâtiment a été mis en vente en 1913, mais peu après le décret déclarant celui-ci comme monument national, la commune l’a racheté et l’a confié sous la responsabilité de l’Institut ethnographique. Depuis 1983, la maison est transformée en musée. Livres, photographies et manuscrits introduisent le visiteur dans l’univers intimiste de Deledda, la lauréate du prix Nobel de la littérature en 1926.

Quand partir ?

La province de Nuoro profite de la douceur du climat méditerranéen. La haute saison touristique intervient entre juin et août. Si vous voulez passer des vacances en bord de mer, cela vaut la peine de venir à Nuoro en plein été. Entre les criques de Cala Fuili, de Cala Luna et les magnifiques grottes de Bue Marino, vous n’aurez que l’embarras du choix. Pour les visites à thématique culturelle, comme les musées, les nuraghes et les domus de janas, il est plus à propos de voyager à la mi-saison, en mai, en septembre ou octobre, lorsque les touristes sont moins nombreux et les températures plus clémentes (15o à 22o C).

Comment s’y rendre ?

Étant donné le développement des voies de communication, voyager à Nuoro n’a jamais été aussi facile. La province est connectée à Cagliari et à Olbia par l’autoroute 31, et à Ogliastra par l’autoroute 131. La gare ferroviaire Macomer autorise un voyage en train depuis l’aéroport de Cagliari ou d’Alghero. Enfin, relevons les bus de la compagnie ARST qui desservent les différents quartiers et les attractions touristiques majeures.

Vous aimerez…

- Prendre en photo la merveilleuse cathédrale Sainte-Marie-de-la-Neige ;

- Explorer les domus de janas ;

- Faire une promenade historique au musée Deleddiano, où a grandi la romancière Grazia Deledda ;

- Admirer la très riche collection du Musée ethnographique ;

- Lézarder sur les plages ensoleillées ;

- Rendre visite aux centenaires de la région ;

- Savourer les délices du terroir.

1 photo
Membre de Nomadays
Le réseau de spécialistes locaux

Bonjour

Je suis Jean-Luc de "Sardaigne en Liberté". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
(+39) 328 89 40 305